La Diagonal au bord de l'asphyxie

Dominique  Chidaine - vivreabarcelone.com

La Ville souhaitait réaménager l'avinguda Diagonal entre Les Glories et Francesc Macià. Mais elle a échoué au referendum-plébiscite refusé par les riverains. Pourtant il faudra faire évoluer ce  dossier de taille qui conditionnera les transports de demain en faisant évoluer les mentalités.

Les 3,8 « petits » kilomètres de la Diagonal entre les places de Les Glories et Francesc Macià à ont fait l'objet d'une vaste consultation populaire où plusieurs milliers d'habitants ont pu apporter leurs idées. Ils ont dit non à la transformation totale de cet axe, avec en filigrane l'objectif de connecter les deux lignes de tramway et redonner leur place aux piétons, vélos et transports en commun. Au détriment de la sacro-sainte auto...

Avenue Diagonal Barcelone

Aujourd'hui longue de 11 km, la Diagonal est restée fidèle au plan de l'urbaniste Cerdà , lequel avait esquissé les ébauches de cet axe en 1859. Au cours de l'histoire le tronçon historique, de plaça de Les Glories à  la plaça Francesc Macià , s'est allongé au nord jusqu'à  l'Hospitalet puis au sud jusqu'à  la mer (Forum) en 2004. Si les deux extensions sont suffisamment larges pour accueillir un tramway en site propre, la partie Glories-Francesc Macià , plus étroite, est au bord de l'asphyxie. Aujourd'hui, des dizaines de milliers de véhicules l'empruntent quotidiennement. Au côté des voitures particulières qui cheminent pare-choc contre pare-choc, 7 lignes de bus et des dizaines de taxi tentent de se faufiler. Sans oublier une foule de piétons et les nombreux adeptes du vélo et du Bicing qui doivent se frayer un chemin parmi les centaines de deux-roues garés sur les trottoirs centraux.

Avenue Diagonal barceloneLa solution ? Un tramway nommé désir... pour l'instant stoppé à  Francesc Macià  et à  Les Glories, il accueille chaque année de nouveaux passagers mais s'avère mal pratique et ne trouve finalement pas sa vitesse de croisière. Deux  projets  prévoyaient la pose de rails sur la totalité du parcours, éliminant une partie de la chaussée destinée aux voitures particulières. D'autant qu'une voie bus-taxi aurait été conservée dans les deux sens.

Les raison du flop. Le flou des deux projets proposés et l'organisation même du referndum, sans oublier des sommes colossales dépensées dan la communication ont eu raison des velléités de changements souhaités par la mairie. Comment organiser les livraisons dans les contre-allées ? Quel paysage urbain pour les usagers  ? Et quel sort pour les 1.130 arbres plantés sur le parcours ? Autant de questions auxquelles peu de réponses précises ont été apportées. La remodélation a finalement  rencontré le refus d'une très forte majorité (plus de 73 %) des participants au referendum.

 

 

Page précédente: Marteau-piqueur
Page suivante: L'hôtel Vela hisse la grand voile